Le monde des affaires est très rude. Les plus expérimentés savent que ce qui faut le plus redouter, ce n’est pas que la concurrence mais les client qui refusent de payer.
En plus de mettre vos comptes de résultat et de trésorerie à mal, il peut bloquer vos activités en vous mettant dans une situation où vous avez de l’argent « en théorie » mais pas de liquidité « en pratique« . Dans ces cas, comment l’amener à réagir et à le faire payer sans risquer de perdre un client en rentrant dans des démarches juridiques agressives?

L’avant vente

Les mesures qui assurent que votre client vous paie commencent bien avant la vente. Dès le départ, vous devez avoir clairement spécifié vos conditions générales de vente pour ne pas laisser le client dans la largesse. Il peut s’agir :

  • D’une avance dont le pourcentage est déterminée par vous,
  • D’un délai de paiement de la facture surtout dans les cas où elle diffère de la date de livraison.

Sur ce dernier point, le code de commerce fixe comme délai 30 jours après la livraison effective. N’oubliez pas de rappeler ce qu’il encoure en cas de pénalité de retard (selon les taux fixés légalement). En cas de recours judiciaire pour non-paiement, vous serez rassuré d’avoir informé votre client et donc d’avoir gain de cause. D’autres informations et témoignages sur passion-entrepreneur.com.

Déterminer qui doit payer

Cette question doit être posée surtout lorsque vous faites affaire avec une entreprise. En effet, cherchez à connaitre la personne qui :

  • Prend la décision de l’achat,
  • Autorise le paiement
  • Procède au paiement

Cette information s’avère précieuse si ce n’est pas la même personne qui s’occupe des 3 étapes.

La relance

Cette étape peut prendre plusieurs formes à savoir :

  • Les mails de rappel
  • Les courriers postaux
  • la relance téléphonique directe à la personne concernée, si aucune suite n’est donnée aux deux autres méthodes. Il faudra être ferme sans brusquer

En cas de suite infructueuse, envoyez une facture de pénalité de retard. Si possible, joignez-y à nouveau vos conditions de vente en guise de rappel. Cela devrait lui rafraîchir la mémoire le temps de le relancer à nouveau par téléphone pour avoir une suite. Dans le cas où toutes ces démarches restent infructueuses, vous pourrez passer à la vitesse supérieure.

Sévir

Si la relance ne marche pas, envoyez une mise en demeure par recommandé avec accusé de réception afin d’informer le client de votre désir de saisir un tribunal. S’il refuse toujours d’obtempérer, obtenez du tribunal une ordonnance d’injonction de payer que des huissiers rendront exécutoire par voie de saisie du client.

C’est à ce moment que toutes les procédures précédentes prennent de la valeur car pour rendre sa décision, le tribunal vérifiera si vous avez bien respecté les délais légaux ainsi que les divers recours que la loi a mis à votre disposition pour vous permettre  de recouvrer vos fonds dans les règles de l’art. C’est cela qui détermine l’issue de l’affaire. Veillez donc à être le plus minutieux possible en matière procédurale.

Share.

Comments are closed.